Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 15:18
Le Rendez-Vous…

À Saoula, notre village de l'autre côté du bleu... ma grand-mère paternelle Jeanne m'invitait souvent le jeudi après-midi, à l'accompagner au cimetière qui se trouvait à plus d'un kilomètre de notre maison.

C'était un rendez-vous avec son époux disparu lorsque je n'étais encore qu'un bébé… Ce grand-père que je n'avais pas vraiment connu était un homme grave et protecteur, à la stature imposante et au regard bleu… Il fut son seul amour, dont le souvenir l'accompagna jusqu'à son dernier souffle. Son portrait n'ayant jamais quitté la table de chevet de sa chambre, ce visage très masculin au regard franc m'était devenu familier… et nous ses petits-enfants, nous vivions aussi avec son souvenir et ce portrait à qui elle offrait une fleur chaque matin…

Ces jours là, nous partions tôt l'après-midi sur la petite route calme et boisée qui longeait les vignobles… et ma grand-mère, chapeautée d'une capeline de paille ornée d'un bouquet de cerises, prenait toujours soin d'emmener dans son panier un bouquet de fleurs, quelques goûters et de quoi nous désaltérer pendant le trajet.

Et comme si c'était hier, je me souviens toujours qu'à mi-chemin, il y avait la grande entrée d'une propriété, avec son chemin sombre bordé d'arbres majestueux qui arrivaient jusqu'à une bâtisse cossue et cachée, que l'on devinait à peine… c'était mystérieux et j'aimais cette sensation… cette maison isolée où je rêvais d'habiter enfant me revient souvent en mémoire...

La première fois où j'ai accompagné ma grand-mère vers son rendez-vous… j'avais une certaine appréhension en pensant à ce lieu qui était synonyme de Mort. Avec la naïveté de ma prime jeunesse, je lui avais posé quelques questions à ce sujet, et elle m'avait répondu que je n'avais aucune inquiétude à avoir, car moi, sa première petite fille, j'étais une rose, et que les roses ne meurent jamais… convaincue par cette affirmation à laquelle je croyais religieusement… je n'avais plus jamais eu peur des cimetières, bien au contraire.

Pendant que cette femme inconsolable et dévouée installait le nouveau bouquet en prenant soin de la tombe de marbre gris, j'adorais me promener seule parmi les allées boisées et les petites chapelles du cimetière silencieux. J'avais l'impression que ceux qui n'étaient plus... se réjouissaient de ce mouvement autour de leur repos…

Et puis nous refermions la grille de fer forgé un peu triste de laisser la tombe désertée… et nous repartions vers le village, heureuses malgré tout, d'imaginer que mon grand-père se sentait toujours aimé...

Aujourd'hui le cimetière ne reçoit plus de visiteurs… mais pour moi, il reste présent dans le souvenir de ces rendez-vous d'un amour...

souslesarbres

  • : SOUS LES ARBRES
  • SOUS LES ARBRES
  • : Pendant que le monde va à sa destinée… moi je reste là… sous les arbres avec mes musiques et mes souvenirs… parfois révoltée, parfois apaisée… mais vivante. © Gabrielle.Ségui - Textes non libres de droits- aout 2011
  • Contact