Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 16:21

Toutes les décennies, un matelassier venait passer une journée dans notre propriété de Saoula pour rénover la literie de chacune de nos familles. La vie de ce petit village étant plutôt pauvre en animation, ma grand mère Jeanne qui en était l'organisatrice, avait choisi un jour de vacances scolaires afin que ses petits-enfants puissent profiter de ce moment instructif et festif.

Le matelassier était arrivé tôt le matin avec son fourgon qu'il avait déchargé dans la grande cour derrière notre maison. Sans tarder il avait commencé son travail en installant le batteur, la machine à carder, et une table à tréteaux pour poser les matelas. La cour en contrebas du jardin se transformait alors en un vaste atelier où nous devenions un peu ses aides, car l'artisan travaillait seul.

Pour rien au monde je n'aurais manqué l'arrivée du premier matelas qui s'était aussitôt vidé de sa laine durcie par les années. Puis les flocons passaient dans le batteur qui aussitôt libérait les nuages de poussière qui nous éloignaient de la machine et nous amusait beaucoup…

Ce que j'aimais particulièrement, c'était la transformation des petites boules de laine compactes qui devenaient aussi légères que des nuages avant la pluie…

Puis la nouvelle toile choisie par la maitresse de maison était installée sur la grande table pour le travail de couture et de finition. La grosse aiguille d'acier s'enfonçait sans pitié dans le tissus aux larges rayures écrues pour faire renaître le nouveau matelas qui prenait forme petit à petit…

Magnifique travail de patience et d'adresse qui m'a certainement donné l'envie de créer de mes mains tout au long de ma vie…

Pendant la journée, ma grand-mère une petite femme très tonique allait et venait de chez elle, pour veiller à ce que le matelassier ne manque de rien. Elle lui amenait souvent de quoi boire et un repas vers midi, qu'elle précisait sans porc, car cet l'artisan déjà connu de mes arrières grands-parents était d'origine algérienne. J'avais à peine une dizaine d'années, mais je me souviens très bien d'un homme dans l'âge, fort sympathique avec des manières raffinées. Je l'entends encore faire rougir ma grand mère pendant la pose café en blaguant à propos d'elle et de ses trois autres soeurs encore adolescentes… : « C'est bien connu madame Ségui !… les filles Ruitort étaient des plus jolies de Saoula !…»

Et puis le travail continuait dans la bonne humeur jusqu'en fin d'après-midi, où les nouveaux matelas avaient tous rejoint leur chambres respectives…

Aujourd'hui le matelassier doit reposer en paix sous la terre de notre beau pays… et j'ai une pensée pour ma grand mère et pour lui.

souslesarbres

  • : SOUS LES ARBRES
  • SOUS LES ARBRES
  • : Pendant que le monde va à sa destinée… moi je reste là… sous les arbres avec mes musiques et mes souvenirs… parfois révoltée, parfois apaisée… mais vivante. © Gabrielle.Ségui - Textes non libres de droits- aout 2011
  • Contact