Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 06:27


La peur empêche de vivre. Si la peur empêche de vivre, c'est parce qu'elle empêche de mourir. Dans la peur qui vient du bord de l'eau, du bord d'une écriture ou d'un amour, on est appelé à se lâcher, à quitter cette proximité où l'on est avec soi-même, pour aller vers ce qu'on ignore, vers l'inconnu de soi. D'ailleurs ce n'est pas nécessaire de vivre de grandes choses pour toucher à cette mort de soi. La contemplation déjà ~ le fin regard sur les choses, la pure attention du monde ~ est comme une mort minuscule, un éloignement de soi aussi entier que dans un amour fou.
La contemplation est un amour ou n'est rien.
La peur, toujours, procède de dessaisissement  de soi. C'est la crainte de mourir et de ne plus sortir de la mort. Mais si on cède à la crainte, alors c'est fini : on est mort, pire que mort ~ on est sage, on est vieux. Délivré de toute vie, amputé de toute blessure.
La plupart de nos activités n'ont d'autres sens que de rendre impossible l'approche en nous d'une mort ~ d'une séparation d'avec soi, et donc aussi, puisque tout cela va ensemble, l'avènement d'une résurrection…
 

Christian Bobin "La grâce de solitude" 

 

souslesarbres

  • : SOUS LES ARBRES
  • SOUS LES ARBRES
  • : Pendant que le monde va à sa destinée… moi je reste là… sous les arbres avec mes musiques et mes souvenirs… parfois révoltée, parfois apaisée… mais vivante. © Gabrielle.Ségui - Textes non libres de droits- aout 2011
  • Contact