Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 15:36

 Verte-rive-Alge-rie-cserbagumarine.jpg

Un jour vient où, à force de raisonnement, plus rien n'émerveille, tout est connu, la vie se passe à recommencer. C'est le temps de l'exil, de la vie sèche, des âmes mortes.

 Albert Camus                                                                                                                                                    

                                                             ✩ ✩ ✩                                                                                                                                                              

 

Aujourd'hui… avec cette lumière blanche que le vent de la mer charrie généreusement avec lui, j'ai le même sentiment que celui que je ressentais sur la plage de mon enfance en Algérie…

En tout début d'après-midi, après une matinée calme et une mer d'huile,  "comme nous aimions à le dire là-bas..." le silence s'installait dans les rues écrasées par la chaleur… et plus près de l'eau, un vent tiède se levait violemment, en accentuant la houle et cette odeur "inoubliable" d'iode sur "ma" petite plage quasi déserte… où j'adorais m'assoir, seule l'après-midi.  

Et cette sensation  familière d'eau salée et de plage désolée... me revient chaque fois que souffle le vent du large, avec sa lumière blafarde, qui me ramène dans ce pays qui reste à jamais le mien.

Aucune plage du monde ne pourra rivaliser avec le souvenir vivant de ces eaux chaudes et claires que je connaissais par coeur. Je savais les couleurs de chaque profondeur… de chaque rocher, et de chaque banc de sable strié par les courants… et souvent, les habitants de notre rue plaisantaient en disant qu'un jour, j'allais finir par fondre à force de rester dans l'eau jusqu'à la nuit tombée… 

et je n'ai pas fondu… mais c'est mon coeur qui lui chavire à chaque fois que le souvenir de cet endroit "sacré" de ma vie revient avec ce vent tiède de l'après-midi. 

 

souslesarbres

  • : SOUS LES ARBRES
  • SOUS LES ARBRES
  • : Pendant que le monde va à sa destinée… moi je reste là… sous les arbres avec mes musiques et mes souvenirs… parfois révoltée, parfois apaisée… mais vivante. © Gabrielle.Ségui - Textes non libres de droits- aout 2011
  • Contact